Seule en scène de et avec Anne Versailles

Durée du spectacle 45 min.

Production: TSIMzoom asbl

 

Mai 1940. L’exode. Yvonne, ta grand-mère, enceinte, quitte Bruxelles avec ses quatre enfants.

Juillet 1940, ta maman naît à Saint Jean d’Angély, en Charente-Maritime.

Février 2015, tu quittes Bruxelles avec tes enfants, à vélo, sur les traces de l’exode de ta grand-mère.

 

850 kilomètres de route, de paysages à bords perdus et à s’y perdre.

Au cœur de ces voyages, le départ vers l’inconnu, celui des routes, des repères qu’on laisse, des refuges à trouver, du fil trop ténu de la vie. Ton fils aîné veut autre chose pour ses vacances. Yvonne voulait-elle transporter son gros ventre à l’autre bout de la France ?

En écho, les réfugiés d’aujourd’hui, qui ont eux aussi quitté leur connu, croisé ta route, et sous les pas desquels tu ressens les frontières de nos terres.

 

 

Mêlant le contenu du blog tenu lors du voyage à vélo et de lettres échangées à travers la France entre les membres de la famille dispersée lors de l’exode, le texte est un poème itinéraire qui fait dialoguer les inconnus de ces voyages.

Tantôt vêtue d’une veste de vélo fluo, tantôt non, seule en scène, Anne Versailles dit et met en bouche ce poème itinéraire. Seule en scène ? Pas sûr. Comme projetés sur elle, les portraits et univers silencieux de réfugiés d’aujourd’hui. « Tous les exodes se ressemblent » écrivait ta maman sur le blog du voyage.